INDONESIE : Les combattants du Kawah Ijen

par Didier LARIVE  -  1 Mai 2013, 19:35  -  #INDONESIE, #ASIE, #JAVA

INDONESIE : Les combattants du Kawah Ijen

Une lutte inégale ! C'est bel et bien un combat de titans que se livrent des centaines de villageois pour extraire " l'or jaune de ce " cratère vert " dont le nom, en Javanais se nomme KAWAH IJEN.

Cet or jaune, c'est le fameux minerai de soufre extrait de ce volcan en activité, situé sur l'ile de Java.

Portait de ces hommes courageux et d'un volcan exceptionnel....Jugez plutôt

I

Lors de mon dernier voyage en Indonésie, et en compagnie de mes fidèles compagnons de voyage, Aline & Christian, nous avons eu l'occasion de découvrir quelques volcans spécifiques de la région (Kelimutu, Egon, Elulobo) .Mais il en est un qui retient l'attention : sa popularité est dûe à sa spécificité géologique, mais aussi et surtout aux hommes qui y travaillent, dans des conditions qui paraissent incroyables de nos jours.

  •  
INDONESIE : Les combattants du Kawah Ijen
INDONESIE : Les combattants du Kawah Ijen

Voyager, c'est bien sûr découvrir souvent des paysages magnifiques, rencontrer des cultures différentes, partager tant de belles choses...Mais tout n'est pas toujours aussi idyllique que cela. Car parfois, loin de chez nous, se jouent de véritables drames de la vie.

C'est aussi cela que je souhaite vous faire partager aujourd'hui : vous raconter en quelques mots et quelques images, le calvaire de ces hommes courageux, sorte d'esclavage de notre monde moderne, même si c'est grâce à ce travail d'un autre temps qu'ils font vivre leurs familles

INDONESIE : Les combattants du Kawah Ijen

Le Kawah Ijen en quelques chiffres....

Le kawah ijen (2386 m) se situe à JAVA EST, sur un grand plateau qui est en fait un immense cratère, dominé également par les volcans Mérapi (2800 m) et Raung (3322m)

  •  Dimensions du lac : 1 km de long environ sur 600 m de large
  •  Profondeur : environ 200 m

Il faut avoir le coeur bien accroché pour arriver jusqu'au point de départ : la route est complètement défonçée ; parfois, il faut même descendre du véhicule lorsque la pente est trop raide....

L'accès au pied du volcan n'est pas trop difficile (Bon çà monte raide tout de même !) : environ 3,5 kms sur 500 m de dénivellé...

Il suffit de suivre un chemin bien traçé, sur lequel on croise les fameux " porteurs de soufre ". Pas trop difficile pour nous, mais pour eux, c'est une toute autre histoire...

 

 

INDONESIE : Les combattants du Kawah IjenINDONESIE : Les combattants du Kawah Ijen

Le Kawah Ijen : une vraie bombe !

  • C'est le plus grand lac d'acide sulfurique et chlorydrique du monde : 37 millions de M3
  • Ses vapeurs sont  hautement toxiques (dioxyde de soufre,sulfate d'hydrogène, vapeur d'eau de plusieurs centaines de degrés)
Au fond du cratère, on devine les mineurs minuscules, qui respirent des vapeurs nocives...
Au fond du cratère, on devine les mineurs minuscules, qui respirent des vapeurs nocives...

Au fond du cratère, on devine les mineurs minuscules, qui respirent des vapeurs nocives...

Les porteurs de soufre

Le challenge : ramener en 1 ou 2 fois par jour, la plus grande quantité de soufre, jusqu'au dépôt, ou des camions emmèneront la cargaison jusqu'à l'usine de traitement.

Chaque porteur est équipé d'un double panier en osier qu'il porte sur ses épaules : 40 kgs environ sur chacune : les plus costauds peuvent ainsi porter jusqu'à 100 kgs !

Afin de faciliter la marche, s'il on peut dire, ils adoptent un rythme bien précis, permettant d'équilibrer au mieux leur lourde charge, en synchronisant leurs pas.

Le bruit du panier qui crisse à chaque pas est saississant : le pire, c'est qu'ils avançent à une cadence plutôt rapide, compte tenu du poids ; mais en montée, c'est un véritable chemin de croix.

L'âge moyen d'un mineur ne dépasse guère 40 ans, car les vapeurs nocives et suffocantes qui s'en dégagent, brûlent les poumons, les yeux, la peau, sans compter les dégâts sur son ossature.

INDONESIE : Les combattants du Kawah IjenINDONESIE : Les combattants du Kawah Ijen
INDONESIE : Les combattants du Kawah IjenINDONESIE : Les combattants du Kawah Ijen

Sur le chemin qui mène au volcan, les visiteurs se mêlent à ces forçats, car oui, c'est un lieu très fréquenté des touristes qui viennent voir ce site exceptionnel.

Le contact est assez facile, et le temps d'une pose "cigarette-biscuit-eau" la conversation s'engage.

Une fois les paniers remplis, il faut passer à la pesée pour connaitre son poids, et donc son gain de la journée.

Les paniers contenant les morceaux de soufre sont ensuite stockés en attendant le passage des camions de ramassage.

INDONESIE : Les combattants du Kawah Ijen
INDONESIE : Les combattants du Kawah IjenINDONESIE : Les combattants du Kawah Ijen
INDONESIE : Les combattants du Kawah Ijen

Malgré cela, un spectacle fabuleux....

L'arrivée en haut du cratère est stupéfiant : un paysage lunaire s'offre à nous, mais la vue est magnifique. Les coulées de lave enserrent un lac bleu turquoise, dont la couleur est dûe à l'acidité de ses eaux.

Malheureusement, nous apprendrons très vite que, compte tenu de l'activité inabituelle du volcan, nous n'aurons pas l'autorisation de descendre au fond du cratère, pour voir au plus près le travail de ces hommes, et ce, malgré d'intenses négociations avec le gardien qui nous barre le chemin, et un bakchich conséquent !

La déception est grande, mais le spectacle de toute beauté.

Nous comprenons aussi rapidement pourquoi le Kawah Ijen est dangereux : la respiration devient difficile, les yeux piquent ; malgré un foulard, l'air devient vite irrespirable, à tel point que certains viennent avec des masques à gaz. Une excellente idée !

Car parfois, le lac se réveille, dégageant des bulles explosives qui tuent....

INDONESIE : Les combattants du Kawah IjenINDONESIE : Les combattants du Kawah Ijen
INDONESIE : Les combattants du Kawah IjenINDONESIE : Les combattants du Kawah Ijen
INDONESIE : Les combattants du Kawah Ijen

Rencontre avec Choukerman

C'est la seconde fois qu'Aline et Christian, mes amis, se rendent sur le volcan; en effet, quelques années auparavant, il étaient venus ici, et avaient pris de nombreuses photos de porteurs, en se jurant que s'ils revenaient un jour, il essaieraient de les retrouver pour leur offrir leurs photos. Promesse tenue...Nous avons la chance d'en retrouver quelques uns, dont l'un entre eux....Il s'appelle Choukerman

Choukerman à la cinquantaine environ.Petit de taille, il a le dos légèrement voûté, les jambes arquées par le poids des années de portage ; ses épaules, qu'il nous montre, sont usées et meurtries par le frottement des bambous, un hématome énorme en haut du dos le fait souffrir.

Ses bottes sont complètement explosées et pourtant....il a le sourire...Ce qui est incroyable, c'est que malgré son état, il marche presque tous les jours, encore et encore.Nous faisons un bout de chemin avec lui. Nous sommes émus devant ce petit bonhomme souriant, et d'une grande gentillesse. Que faire pour l'aider ? Pas grand chose à vrai dire. Nous prenons la décision de lui racheter des bottes, que nous ne trouverons d'ailleurs pas.Nous nous contenterons alors de lui offrir un soda.

INDONESIE : Les combattants du Kawah Ijen

Ce superbe endroit ne peut laisser indifférent. On en revient avec des images pleins la tête, certes, mais aussi avec un sentiment mitigé... Que pensez des touristes qui se mêlent à ces travailleurs dans cet enfer du XXIème siécle ? Cela peut paraitre choquant, du voyeurisme, mais c'est comme cela nous dit-on...

Enfin, le jeu en vaut-il la chandelle pour eux ? Certes, ils ont choisi ce travail rude en toute connaissance de cause, pour un revenu supérieur à la moyenne.

Grosso modo, 1kg de soufre = 0,05 € = 5 €/jour = 80 € par mois. A titre de comparaison, la salaire moyen sur java est de 40 € par mois.

Ils gagnent donc " très bien " leur vie ! Mais à quel prix ? Vous êtes-vous posé la question de savoir à quoi sert ce soufre ? Eh bien.... A faire des allumettes, ou....à blanchir le sucre de canne que l'on consomme tous les jours ! Sans commentaires...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
F
Bonjour celà est vraiment triste comparable à un esclavagisme moderne.... nous pourrions nous réunir afin de leur apporter des dont pour des masques et des équipements .. quelque euros pour nous c'est rien mais pour eux c'est énorme... comme les Sherpa africain dans l imalaya qui monte les sacs des touristes en sandales.quel honte!
Répondre
D
Effectivement, c'est un problème, mais le gouvernement ferme les yeux car c'est leur seul gagne pain. Lorsque j'y suis allé, le couple qui m'accompagnait avait acheté des bottes pour leur offrir : ils étaient tellement contents !
M
http://adidhana.org/
Répondre
D
bonjour j ai vu le documentaire qui m a beaucoup touché, comment aider ces gens financierement qui vont sur le volcan<br /> <br /> merci
Répondre
D
Tu peux leur acheter des bottes sur place en Indonésie : vu l'état de leurs chaussures, c'est une priorité absolu ! Après, c'est difficile de choisir : de la nourriture ? Pourquoi pas ? Un masque à gaz peut aussi leur etre aussi d'une grande utilité, car ils meurent jeunes, à cause du soufre qui détruit leurs poumons.
L
The volcano is known far and wide for the most enriched sulphur that can be obtained from it. And the fact that the region is active makes it very difficult for the miners to extract the sulphur in large quantities. Therefore these men are their only hope for extracting the sulphur from Kawah Ijen.
Répondre
J
Comment aider ces gens financièrement ?
A
Bonjour,<br /> Votre article m’intéresse beaucoup. En effet, je suis en école d'infirmière et j'ai un projet humanitaire à faire. Et j'aimerai traiter ce sujet. <br /> J'aurai pas mal de question à poser sur la santé de ces porteurs de souffres.<br /> J'ai laissé mon adresse mail, alors si vous êtes intéressé pour me donner quelques informations supplémentaire, pouvez-vous m'écrire.<br /> Merci beaucoup
Répondre
A
Merci Didier pour votre réponse ! Joyeuse fêtes de fin d'année à vous aussi.<br /> Je ne cherche pas forcément à parler à un &quot;spécialiste&quot;, mais j'essaye de recueillir des informations de touristes. (sur ce qu'ils ont, vu, entendu, pu échanger..)<br /> En Indonésie, on compte environ 5millions de visiteurs étranger chaque année dont 3.5 sur l'Ile de JAVA. Et pourtant le sujet sur ces porteurs de souffres restent problématique... <br /> Je suis en école d'infirmière donc mes questions se tourneraient plus vers la santé.<br /> (afin de proposer des solutions de prévention)<br /> Est-ce que les travailleurs portent des masques ? Quels pourcentages ?<br /> Vous ont-ils parlé de maladie ? lesquelles ?<br /> Des associations aident-ils ces travailleurs ? Qui ? avec quoi ?<br /> <br /> J'ai pu lire que vous aviez échangé avec eux. Qu'est ce qu'il vous a le plus choqué dans leur discours ? leur état physique ? leur douleur ?<br /> Vous ont-ils confié un mal-être malgré le sourire ?<br /> <br /> Merci beaucoup<br /> Aurélie
D
Bonjour Aurélie, et Joyeux Noël !<br /> <br /> Merci pour votre commentaire : c'est avec plaisir que j'aurais répondu à toutes vos questions, sauf que je ne suis pas un spécialiste, tout simplement un voyageur passionné qui aime à découvrir de nouveaux horizons, ou des endroits hors du commun, comme ces gens qui travaillent très dur pour gagner leur vie....Néanmoins, vous pouvez toujours m'interroger, et si je le peux, je vous répondrai....
F
Je reviens tout juste de l'Indonésie avec notamment une visite du kawah ijen qui est magnifique of course mais avec un pincement au coeur pour ces porteurs ayant toujours le sourire. Je n'étais pas seule je l'ai fais avec ma fille de 4 ans qui a été très curieuse de savoir comment les porteurs pouvaient faire cela tous les jours
Répondre
F
Oh je comprends que vous auriez voulu descendre mais assez dangeureux car quand le volcan est en activité anormal il y a des formation de bulles de gaz sur le lac et si c'est bulles prennent de l'importance elles explosent il a y eu un jour 6 morts et 38 blessés. Mais je vous souhaite un second voyage en Indonésie pour revoir le volcan et y descendre.
D
Vous avez eu de la chance de pouvoir vivre cela de très près ! Un gardien nous bloquait la descente, malgré nos multiples sollicitations, car la volcan avait une activité &quot;anormale&quot;....Content de savoir qu'ils sont dorénavant protégés, c'est déjà çà....Après, effectivement, le salaire, c'est autre chose, compte tenu du faible niveau de vie....
F
Oui nous nous sommes levés à 1h du mat après 1h de route nous avons commencé la montée. Il fessait assez froid par contre et je n'avais pas prévu des vêtements adéquat. Pour y descendre niveau medium mais avec ma fille que je portais sur mon dos il a fallu redoubler de prudence. Une fois arrivé en bas on voyait la formation du souffre et les gaz qui s'echappent il y avait une couleur bleu comme de la lave mais bleu. La fumée très toxique quand je respirais j'avais l'impression de m'étouffer les yeux qui piquent. On a pu voir comment les porteurs de souffre extraire le souffre . Ensuite remonter en haut et voir le lever du soleil. Les porteurs du souffre beneficient depuis peu d'une assurance accident de travail mais en revanche pas d'augmentation.
D
Oui c'est une visite assez difficile sur le plan moral....Mais je crois que c'est important de savoir qu'il existe encore des endroits de ce genre aujourd'hui...Lors de mon passage, il n'était pas possible de descendre dans le cratère. Avez-vous pu y descendre ?
R
Bonjour Didier,<br /> <br /> Très bel article sur le Kawah Ijen où j'ai eu la chance d'aller aussi en 2009 (j'en avais fait un article de blog d'ailleurs : http://travelor.wordpress.com/2009/09/06/le-volcan-kawah-ijen/<br /> <br /> J'en parle aussi avec Thierry Robinet dans un épisode de podcast que je sais tu as écouté ! Alors je met le lien pour ceux qui seraient intéressés... http://www.surlesroutesdelasie.com/3-les-volcans-mythiques-de-java-deuxieme-partie<br /> <br /> Il y a de ces volcans que l'on referait sans problème plusieurs fois... en fait je pense qu'on ne peut vraiment pas se lasser du Kawah Ijen !<br /> <br /> Bonne continuation...<br /> Romain
Répondre
D
Et oui, j'en garde un bon souvenir ! Mais il va falloir que je revienne un jour, car il y a d'autres volcans que je n'ai pas encore vu ! Merci pour le lien.
D
Oui, c'est certain ! Eux sont plus à plaindre que nous !!
Répondre
P
Et bien voilà qui me fait relativiser mon mal de dos !!!!
Répondre