日本の春:第一印象

KYOTO HEIAN JINGU SANCTUAIRE TEMPLE JAPON JAPAN NIHONGO TOURISMEJAPAN
KYOTO : HEIAN JINGU

Ce premier voyage au Japon est une surprise pour ceux qui me connaissent, et qui ont plus l’habitude de me voir déambuler sur des destinations purement «nature».

Mais pour commémorer comme il se doit une année charnière pour moi, j'ai choisi, une fois n'est pas coutume, de m'éloigner des grands espaces, de faire complètement autre chose, encore que, afin de me rendre dans un pays qui attise ma curiosité depuis longtemps : Le Japon.

Car ici, traditions séculaires et modernité se côtoient dans une parfaite harmonie.

A l’aube de son entrée dans la nouvelle ère Reiwa (Harmonie & nature) de la passation de pouvoir entre l’empereur Akihito et son fils Naruhito, et à la veille de la coupe du monde rugby et des JO de 2020, ce pays a tenu toutes ses promesses, et a été à hauteur de beaucoup de mes attentes et de mes espérances.

 

TOKYO : Akasaka-Mitsuke : Sanctuaire de HIE JINGA JAPON JAPAN TOURISMJAPAN NIHONGO
TOKYO : Akasaka-Mitsuke : Sanctuaire de HIE JINGA

 

A vrai dire, je ne savais pas trop ce qui m’attendait, et surtout j’appréhendais un peu ce que j’allais découvrir, comment j’allais absorber ce choc culturel.

La réponse a été rapide : dès les premiers jours, j’ai balayé en un revers de main toutes mes interrogations, mise à part peut-être la barrière du langage et les transports parfois complexes à comprendre.

Il faut avouer également que jamais je n'ai autant préparer un voyage : expositions, lectures, apprentissage de la culture et du Japonais de base, visite du «Paris japonais» gastronomie, etc. Et cela ne fait que commencer.

 

TOKYO JARDIN ZEN FLOWERS KIMONO KYU SHIBARIKYU MARIAGE GARDENS JAPON JAPAN
TOKYO : femme en kimono dans les jardins de KYU-SHIBARIKYU

 

Pourquoi tant de fascinations ?

J’ai découvert un japon fascinant et attachant, parfois étonnant, souvent surprenant. C’est aussi un pays qui possède une culture passionnante, un peuple d'une grande gentillesse et discipliné comme jamais.

Vous voulez que je vous dise ? Le «bushido» ou code d’honneur des samouraï existe encore et n’est pas prêt de disparaître selon mon humble avis; çà non !

A travers un japon moderne et frénétique, traditionnel et emprunt de sérénité, j’ai pu vivre des expériences insolites .C’est aussi le pays des contrastes, de la folie des grandeurs, mais comme dirait Aristote :

"Il n'y a point de folie sans un grain de génie"

 

TOKYO NIGHTVIEW BUNKYO TOWER NIGHT JAPAN JAPANVIEW TOURISMJAPAN
TOKYO : Vue de nuit du 25ème étage de la la Mairie de BUNKYO
mAAch Ecute Kanda Manseibashi : ancienne gare et vue sur le quartier de Akihabara
TOKYO TRAIN TGV SHIKANSEN RAILWAY JAPON JAPAN JRPASS
TOKYO : LE SHIKANSEN dans la ville : LE TGV Français en beaucoup mieux !


 

 

J'ai visité des temples (bouddhistes) et des sanctuaires (shintoïsme) d’une grande beauté, richement décorés, qui s’accordent en parfaite osmose, où sagesse, philosophie et spiritualité inspirent toujours beaucoup la population japonaise.

KYOTO KINKAKU-JI LE PAVILLON D'OR SANCTUARY TEMPLE JAPON JAPAN
KYOTO : KINKAKU-JI : LE PAVILLON D'OR
TOKYO SANCTUAIRE DE MEIJI JINGU PARC YOYOGI EMPEREUR MEIJI JARDIN GARDEN HARAJUKU
TOKYO : SANCTUAIRE DE MEIJI JINGU
TOKYO TEMPLE DE SENSO-JI ASAKUSA JAPON JAPAN TOURISMJAPAN
TOKYO : TEMPLE DE SENSO-JI - ASAKUSA

 

MONASTERE DE KOYASAN KONPON DAITO LA GRANDE PAGODE JAPAN JAPON NIHONGO
MONASTERE DE KOYASAN : KONPON DAITO : LA GRANDE PAGODE

 

J'ai découvert un japon authentique : oui, il existe encore des villages, des quartiers qui ont gardé une âme, et ont conservé leur état d'origine.

J'affectionne particulièrement les quartiers populaires, loin du tourisme de masse, où l'on découvre çà et là de petites merveilles.

La beauté de ces endroits n'a d'égal que la magie de ces lieux.

KYOTO QUARTIER DE GION JAPAN JAPON GHEISHA GEIKO
KYOTO : QUARTIER DE GION
KYOTO
TOKYO SANYA QUARTIER POPULAIRE JAPON JAPAN NIHONGO
TOKYO : SANYA : LE QUARTIER QUI N'EXISTE PAS !
TOKYO QUARTIER POPULAIRE DAIMON JAPAN JAPON
TOKYO : QUARTIERS POPULAIRE DE DAIMON

 

Une fois encore, mon grand plaisir est celui d'avoir visité les marchés où se mêlent une multitude de couleurs, d'objets et de marchandises en tout genre. 

 

OSAKA : MARCHAND DE LANTERNES !

 

 

 

OSAKA ET SA STREET FOOD

 

 

 

J’ai pu en partie vivre la saison des «sakura» (cerisiers), visiter des jardins japonais remarquables, ou la «zenitude» n’est pas un vain mot.

TOKYO : JARDINS JAPONAIS DE KYU-SHIBARIKYU JAPON JAPAN GARDEN HAMAMATSUCHO
TOKYO : JARDINS DE KYU-SHIBARIKYU
TOKYO : SANCTUAIRE DE NIZU-JINJA LORS DU FESTIVAL DES AZALEES GARDEN FLOWERS FLEURS FESTIVAL JAPON
TOKYO : SANCTUAIRE DE NIZU-JINJA LORS DU FESTIVAL DES AZALEES (BUNKYO AZAEA)

 

KYOTO  JARDINS DU TEMPLE DE GINKAKU-JI PAVILLON D'ARGENT JAPON JAPAN GARDENS
KYOTO : JARDINS DU TEMPLE DE GINKAKU-JI (PAVILLON D'ARGENT)

 

KYOTO : JARDINS ZEN DE KENNI-JI JAPON JAPAN GARDENS TEMPLES
KYOTO : JARDINS ZEN DE KENNI-JI

 

 

LE CHATEAU DE MATSUMOTO JAPAN CASTLE SAKURA CERISIER HANANI
LE CHATEAU DE MATSUMOTO

 

Quelle bel endroit agréable, et surtout quel beau moment de partage j'ai vécu, en séjournant une journée dans une ferme à Isumi, à cueiilir les herbes dans le jardin et apprendre à faire des makis énormes, tout en étant accueilli par des gens d’une gentillesse incroyable.

LA FERME DE ISUMI FARM APON JAPAN
LA FERME DE ISUMI

 

LA SALLE A MANGER : REMARQUABLE !

 

NOS 2 SYMPATHIQUES FERMIERES & CUISINIERES

 

Quelle grande chance d’avoir pu passer 1 heure avec une Geiko (Geisha confirmée) à Kyoto, à qui j’ai pu poser toutes les questions possibles : sur l’habillement, le maquillage, la formation, sa vie quoi !

Etonnant ! Passionnant ! Et qu’on arrête de penser qu’une «Geisha» est à connotation sexuelle. 

 C’est un art, point barre et c’est magnifique !

KYOTO : GEIKO LORS DE LA CEREMONIE DU THE JAPAN JAPON TEA CEREMONIAL KOTCHA
KYOTO : GEIKO LORS DE LA CEREMONIE DU THE

 

J’ai passé une journée dans un monastère et dormi sur un tatami en suivant à la lettre  l’heure du repas (18H30) et l’heure de la prière (6H30).

J’ai pratiqué une séance de «zazen» (méditation bouddhiste) et mes articulations s’en souviennent encore tellement j’avais mal partout (du coup, l’effet escompté ne s’est pas produit, à mon grand désarroi)

MONASTERE DE KOYASAN JAPAN
MONASTERE DE KOYASAN
ENTREE DU MONASTERE

 

MOINE SERVANT LE REPAS DU SOIR
MOINE SERVANT LE REPAS DU SOIR

 

Dormir dans des Ryokans, auberges traditionnelles, a été tout simplement une expérience très agréable : on y retrouve le traditionnel tatami sur lequel repose le futon. Ensuite, figure le makura (oreiller), le shikibuton (matelas) le kakebuton (couette) et enfin le Mofu et/ou Taoruketto (couverture hiver/été)

La tranquillité des lieux, et la beauté de la pièce invite au repos et à la détente.

 

CHAMBRE TYPIQUE D'UN RYOKAN AUBERGE FUTON TATAMI JAPANESE STYLE BED
CHAMBRE TYPIQUE D'UN RYOKAN

 

J’ai apprécié et dégusté la vraie gastronomie japonaise, même si les petits déjeuner du matin n’étaient pas forcément facile à ingurgiter. Et bien souvent, vous ne savez pas du tout ce que vous avez dans votre assiette : à chaque fois, c'est une surprise, bonne...ou mauvaise, c'est selon le goût de chacun.

Que de saveurs nouvelles découvertes, de plats étonnants au niveau des papilles, et de noms nouveaux pour certains (okonomiyaki, sushi, shirashi, yakitori, tempura, ramen, Soba, Unagi, Miso, Tofu, Umeboshi, Tsukemono, Takoyaki, etc)

TOKYO RESTAURANT TYPIQUE D'OKONOMIYAKI JAPON TOKYO
TOKYO : UN PETIT RESTAURANT TYPIQUE D'OKONOMIYAKI
KAISEKI
KAISEKI : CUISINE TYPIQUE JAPONAISE QUI REGROUPE PLUSIEURS PLATS DIFFERENTS

 

 

Le monde de la nuit est un moment à vivre absolument : la forêt de néons multicolores que l'on parcoure dans les quartiers de Shinjuku ou Akihabara provoque un véritable choc visuel qui m'a beaucoup plu.

Parfois, on a l'impression d'être dans une gigantesque fête foraine.

OSAKA  DOTOMBORI JAPAN JAPON
OSAKA : DOTOMBORI

 

 

TOKYO : QUARTIER DE SHINJUKU
TOKYO BY NIGHT : QUARTIER DE SHINJUKU

 

 

J'ai bu du saké et du whisky (avec modération!) parfois avec des locaux, bu du thé macha, découvert les petits bars de quartiers de Golden Gai, Yokocho, la street food, des isakayas, les tachinomiya (bar ou l’on mange boit debout) les yataï (échoppes ambulantes)

Je m'en suis donné à coeur joie, et c'était toujours un endroit auquel j'aimais vraiment me rendre avec plaisir.

La fabrication du «Nihonshu» (Sake) n’a plus de secrets pour moi, depuis que j’ai visiter une fabrique.

TOKYO  QUARTIER DE SHINJUKU YOKOCHO STREET FOOD
TOKYO : QUARTIER DE SHINJUKU YOKOCHO -STREET FOOD

 

 

TOKYO : QUARTIER DE SHINJUKU GOLDEN GAI : QUELQUES 300 BARS !

 

Que dire de la séance dans un «maid café» ?

Accueilli par des soubrettes, et en jouant le chien pour passer un moment délirant !  Oui, je sais, vous vous posez bien des questions, hé ! hé ! N’est-ce-pas ?

Expérience très drôle, même si c’est vraiment bizarre, mais c’est à vivre 1 fois ! J’en parle lors d’un prochain article sur Tokyo.

Et on n'est prié de ne pas se moquer, hein ??wink

 

 

MAID CAFE : CARTE DE MEMBRE + MASTER , LE TOUT SIGNE DE IRINA !

 

 

J’ai parcouru 2 jours durant, une partie de la route du Nakasendo, ancienne liaison majeur entre Kyoto  et Tokyo pendant la période Edo. Trajet très sympathique avec une halte dans une vieille maison de thé.

NAKASENDO : ANCIENNE ROUTE PAVEE
APRES AVOIR DORMI DANS UNE AUBERGE, LES ADIEUX QUI DURENT,QUI DURENT...

 

ANCIENNE MAISON TYPIQUE

 

MAISON DE THE : LES HABITANTS OFFRENT LE THE A CEUX QUI LE SOUHAITENT : SYMPA, NON ?

 

J’ai aimé découvrir les Omikuji (prédictions), les Omamori (porte-bonheurs),les ema (tablettes en bois avec des voeux) les Waka (poésies composées par l'Empereur), et suis devenu un fan des des Goshuin (sceau du temple ou sanctuaire avec calligraphie dessinée sur une carnet spécial) c’est superbe, et c’est un joli souvenir à ramener.

EMA

 

OFUDA : PLANCHETTES DE BOIS ENTOUREES DE PAPIERS AVEC DES PRIERES

 

OMIKUDJI

 

Quel bel artisanat, que sont les objets en laque, souvent sublimes, et surtout, surtout, les estampes japonaises, dont je me suis offert un original de Toshikata chez le plus vieux marchand d’estampes de Tokyo .

On y trouve aussi d'étonnants livres anciens destinés aux pèlerins de l'ère Edo : magnifiques, mais hors de prix ! Une vraie caverne d’alibaba.

TOKYO : VIEUX GUIDES DESTINES AUX PELERINS DE L'ERE EDO (JIMBOCHO)

 

Ah ! Les bains japonais où l’on va prendre son bain nu comme un ver, non pas seul, mais à plusieurs ! Bon, femmes et hommes séparés tout de même.

Pour eux, rien de choquant ou de pervers, car ils s’y rendent comme nous irions boire un coup au bar du coin; ici, tout le monde à poil dans le même bain pour se relaxer. Surprenant au début, puis après on s’en fiche, on profite !

 

J’ai effectué des milliers de courbette avec des "arigato gozaimasu" "Ohayoo gozaimasu "Kudasai" wink

 Bref j'y ai découvert, un Japon plein de charme, de folie. Autant vous le dire de suite, et vous l'aurez certainement compris, je crois que suis devenu fan de ce pays. Je suis sous le charme, vraiment, profondément, viscéralement. 

Bien sûr, je suis un "bleu" sur le Japon : je suis loin d'avoir tout vu, tout compris, et il y a sans doute des choses moins belles, moins connues, dont je n'ai pas encore pris connaissance : cela viendra avec le temps.

LE SOURIRE DU MATIN AU PETIT DEJEÛNER

 

 

FUJISAN JAPAN JAPON TOKYO KYOTO OSAKA KANSAI TOURISMEJAPON NIHONGO
LE FAMEUX FUJISAN (vue furtive prise d'un train en pleine vitesse !)

Je retournerai dès que possible dans ce japon qui m'a trouvé, pour y faire de nouvelles découvertes, boire un verre de nihonshu (sake) , passer du temps dans une famille pourquoi pas et saluer de nouveau mes hôtes, se laisser aller dans un bain bouillant nu comme un ver, dormir dans un Ryokan, m'enivrer de doux paysages poétiques, me laisser surprendre et être surpris.

Bref, toutes les occasions seront prétextes à y revenir pour de nouvelles aventures.

OSAKA JAPON JAPAN NIHONGO TOKYO KYOTO TOURISEJAPAN
OSAKA

3 SEMAINES POUR UN 1er VOYAGE, C’EST BIEN !

 Voici un premier retour d'une virée au pays du soleil levant, qui m'a mené, D' Osaka à Tokyo la bouillonnante, en passant par Kyoto et bien d'autres endroits moins connus.

Grosso modo, mon itinéraire a été le suivant : Osaka, Koyasan, Kyoto, puis 2 jours de randonnée sur la Nakasendo, Naraï, Matsumoto, la ferme à Isumi, puis Tokyo.

Pour une 1ère reconnaissance, c’est une bonne approche qui permet de se faire une bonne idée du pays. Elle devra être approfondie.

Car cette première immersion sera suivi sans nulle doute de 2 autres voyages : 

Après avoir choisi avril et la saison des «Sakura», j’en prévois un au nord en hiver (Sur l’île d’Hokkaîdo, pour l’animalier notamment) et un second, en automne, pour vivre la saison des érables, et me rendre plus au sud, sur l’île de Kyushu et ses volcans.

Car, oui, impossible d'avoir une vision claire sans y faire plusieurs voyages, car cet immense pays recèle bien des secrets.

J’ai encore mille choses à voir, à faire, à vivre...

 

 

 

 

TOKYO : QUARTIER ODAIBA : LE PONT RAINBOW ET LA STATUE DE LA LIBERTE
TOKYO : QUARTIER ODAIBA : LE PONT RAINBOW ET LA STATUE DE LA LIBERTE

ET LA LANGUE DANS TOUT CA ?

A vrai dire, je m’en faisait tout un plat de nouilles, et je n’avais pas tout à fait tort Car mes amis, c’est bien là le principal hic !

Aujourd’hui, les japonais parlent peu l’anglais (comme moi !) hors mis les grandes villes, et rien du tout dès qu’on s’éloigne un peu.

C’est la raison pour laquelle j’avais appris l’essentiel des mots de base, installé une application de traduction, et un petit bouquin avec dessins, traduction et prononciation ! Ouf !

Bon, évidemment, il y a toujours moyen de se débrouiller d’une façon ou d’une autre, mais c’est indispensable selon moi, de "baragouiner" quelques mots. cela fait toujours plaisir et facilite les contacts.

Mais heureusement, les grands événements cités plus hauts changent la donne : les panneaux sont traduits en anglais (métro, trains) les distributeurs d’argent ont la langue française (enfin les DAB Seven eleven, conseillés) Les pictogrammes changent aussi et s’internationalisent, ce qui facilite grandement les choses.

Néanmoins, soyons francs, cela ne changera pas grand chose dans les campagnes.

Voilà pourquoi, afin de préparer mon super voyage de novembre 2020, je vais suivre 1 an d’apprentissage de base du japonais. Bon, attention, en version "cool".

Voilà, voilà ! Accroche toi jeannot, car avec le Kanji, le Katakana, et le Hiragana, je sens que çà va être chaud bouillant, mais suis motivé à fond.

Pour moi, un voyage au japon passe obligatoirement par la case «préparation» avec au moins un minimum de base (langue, transports, culture) sinon c’est la galère, la perte de temps assurée, et le risque potentiel de froisser les japonais.

TOKYO : LES BOUQUINISTES DANS LE QUARTIER DE JIMBOCHO
TOKYO : LES BOUQUINISTES DANS LE QUARTIER DE JIMBOCHO

 

QUELQUES TRUCS SUR LES COUTUMES & LA POLITESSE, ET LA GENTILLESSE

- Déjà, on ne sert pas la main de ses hôtes, mais on pratique la courbette (15°/30°/45° !)

  (« o-jigi » (お辞儀) et cela s’apprend à l’école ! J’espère que vous n’avez pas mal au dos. Pas trop tout de même, car cela dépend de l’importance de votre interlocuteur !

- On retire ses chaussures dans les temples, sanctuaires, bien sûr, mais aussi dans les restaurants typiques, en rentrant dans une maison, à l’hôtel ou à l’auberge ; on met des chaussons, puis pour aller aux toilettes, vous utilisez ceux qui se trouvent à l’intérieur, sans oublier de les laisser en repartant, hein ?? sans oublier de diriger vos chaussures, en direction de la sortie. Voilà !

- Il n’y a pas d’adresse, avec nom de la rue ; alors, c’est souvent compliqué. A peine vous ferez quelques mètres avec un plan, et quasi aussitôt vous serez abordés par quelqu’un qui vous proposera instantanément votre aide, et parfois vous accompagnera jusqu’à votre lieu ! Bigre, çà change de chez nous !

- Dans le métro ou sur le quai, vous prenez votre tour tranquillement dans la file, sans bousculade et sans «râler». Vous laissez descendre, et vous rentrez dans un wagon propre, calme, silencieux, sans personne en train de gueuler dans son téléphone, ok ?

- Si vous oubliez ou laissez traîner votre sac, ben, il ne vous arrivera rien et le récupérer sans problème ! Mais oui !

- Quand vous mangez des nouilles (Soba excellentes) Faiiiitttess du bruuuiiit !! Au moins, vos hôtes sauront qu’elles sont bonnes ! Sssloupp !

- Lorsque vous mangerez votre riz, ne plantez pas vos baguettes dedans, c’est un rite funéraire! Ah ! Les baguettes, va falloir vous y faire mes amis !

(Merci à ma nièce en passant pour ses précieux conseils !)wink

TOKYO : ASAKUSA MITSUKE : HIE JINJA
TOKYO : ASAKUSA MITSUKE : HIE JINJA

2 EXEMPLES PARMI D'AUTRES QUI M’ONT MARQUE

- J’étais dans un quartier sans touristes ; je cherchais un «izakaya» local : une femme charmante m’a de suite accompagné dans cet établissement avec un sourire que je n’oublierai pas ; une fois arrivé dans le p’tit resto plein à craquer, le patron me fait comprendre qu’il n’y a plus de place. Se confondant en excuses, très gêné, il s’est incliné plusieurs fois comme si c’était super grave.

Vous savez quoi ? J’étais encore plus gêné que lui, je ne savais plus quoi faire, j’avais envie de le prendre dans mes bras tellement il était sympa... Pfff ! Quel moment !

- Les japonais sont d’une grande gentillesse, vous l’avez compris : je me rends dans un magasin pour y chercher un objet. Je reste plus d’une heure, à choisir, à essayer, pour finalement expliquer, très embêté, que je n’ai pas trouvé mon bonheur.

Vous savez quoi ? Il s’est excusé de ne pas avoir pu satisfaire mon besoin. Au moment de partir, il me demande de patienter 1 minute. Il revient un petit cadeau à la main et toujours avec les inclinaisons d’usage m’offre un furoshiki (carré de toile très populaire) . C’est pas beau çà ?

Retour à l'accueil